top of page

Projets

Ici je vous parle des romans (passés ou présents) sur lesquels je travaille, et de leurs univers. Je réponds à des questions qui me sont posées et je partage des moments d'inspiration tandis que le texte du récit prend forme (leeeentement).

Cette première carte d'Andrusade a été réalisée par un ami, dont vous pouvez admirer le travail ici. Si elle est encore potentiellement sujette à modifications, (deux capitales ont d'ores et déjà changé de nom...) elle n'en reste pas moins fort belle et utile pour se repérer...

Andrusade.jpg

Andrusade n'est que l'un des continents du vaste monde. Il en existe au moins deux autres, séparés par la Mer du Crépuscule : Fastarden et Isserinde. A eux trois, ils forment les masses de terre essentielles du Miroir-Monde, même si un explorateur hardi pourrait découvrir nombres d'îles et de terres aux dimensions plus modestes en naviguant sans relâche.

La Mer est source d'angoisse pour bien des natifs du Miroir-Monde. Les peuples lèvent plus volontiers les yeux le ciel, le Voile d'Innocence qui masque le séjour divin.

En Andrusade, on le nomme l'Ita, la surface qui séparent les deux faces du Miroir-Monde. 

La Mer est associée au séjour de l'En-Dessous, l'inframonde peuplé de tashim, de tréfonds, et de vers. De toutes les créatures  dénuées d'âme.

D'un continent à l'autre, cependant, les cultes et les croyances varient de façon parfois très marquée. Si des humains plus intrépides ou plus fous ont parfois franchi la muraille des eaux, l'Histoire reste discrète à ce sujet.

C'est le nom et le thème du cycle de romans dans lequel s'inscrit Imra Valorea.

Mes thèmes de prédilection, sous-jacents dans tout ce que j'écris, sont la mémoire et l'âme. Qui parfois ne sont qu'une seule et même chose...

Et le symbole de ce cycle est la grenade.

Le fruit, bien entendu.

Géographiquement parlant, le cycle se déroule dans :

bottom of page